La dimension économique et environnementale de l’OSCE

JPEG
(Photo OSCE/Bela Szandelszky)

L’acte final d’Helsinki de 1975 soulignait, entre autres, que les problèmes économiques et environnementaux pouvaient constituer une source potentielle de conflits.
Pendant 15 ans, la profonde division de l’Europe a empêché toute mise en œuvre effective des principes d’Helsinki dans cette corbeille. A partir de 1990, l’OSCE a souhaité jouer un rôle plus actif en matière de coopération économique et environnementale en Europe (document de Bonn appelant les Etats participants de la CSCE à promouvoir l’économie de marché, ainsi que les échanges d’information dans la sphère environnementale).
Au cours des dernières années, les décisions adoptées lors des conseils ministériels de l’OSCE sont allées dans le sens d’un renforcement progressif de la dimension économique et environnementale (Stratégie de Maastricht de 2003 déterminant le champ d’activité de l’OSCE dans la deuxième dimension).
Une structure dédiée au soutien des travaux de cette dimension a été créée au sein du secrétariat de l’OSCE à Vienne sous l’autorité du Coordinateur pour les affaires économiques et environnementales (décision n° 194 du Conseil permanent du 5 novembre 1997). Le mandat du Coordinateur prévoit que son bureau facilite la coopération économique et environnementale parmi les Etats participants de l’OSCE, et si besoin parmi les partenaires pour la coopération méditerranéens et asiatiques.
M. Halil Yurdakul Yigitgüden, ancien Sous-secretaire du Ministre de l’énergie et des ressources naturelles en Turquie, occupe ce poste depuis le 1er février 2013. Il dispose du soutien d’une équipe d’une dizaine d’administrateurs basés à Vienne ainsi que d’une vingtaine d’administrateurs économiques et environnementaux affectés dans les missions de terrain. Ceux-ci sont notamment chargés d’identifier, d’observer et de proposer des réponses aux menaces économiques et environnementales susceptibles d’affecter la sécurité et la stabilité dans l’espace de l’OSCE.
Les activités du bureau du coordinateur se concentrent pour l’heure sur :

•la promotion d’un climat favorable à l’investissement et aux affaires ;

•le soutien à la société civile dans ses activités dans le domaine de la sécurité et de l’environnement

•la lutte contre le blanchiment d’argent

•le changement climatique

•le soutien au dialogue sur les questions relatives à la sécurité énergétique

•le développement de l’initiative ENVSEC

•la bonne gouvernance et la lutte contre la corruption

•les déchets toxiques

•la migration

•l’OSCE et la convention d’Aarhus

•la promotion de la coopération entre les Etats participants dans le domaine des transports

•la gestion de l’eau : répondre aux défis de sécurité par la coopération
Au titre de la dimension économique et environnementale deux décisions ont été adoptées à l’occasion de la dernière session du Conseil ministériel de Kiev : l’une sur l’amélioration de l’empreinte écologique d’activités liées à l’énergie dans la région de l’OSCE, et l’autre sur la protection de réseaux énergétiques contre des catastrophes naturelles et celles provoquées par l’homme.
Comme priorité de cette année la Présidence en exercice suisse a choisi d’étudier la manière de répondre aux défis environnementaux par la promotion de la coopération et la sécurité dans la région de l’OSCE »

[Version amendée au 04 février 2014]

Dernière modification : 04/02/2014

Haut de page